Accueil  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Elle avait faim... [PV Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Elle avait faim... [PV Dante]   Mer 10 Mar - 15:00

    Quelques mois après l'éveil. Il était temps. Elle avait faim. Et on ne résiste pas à l'appel de Kuragaritachi. Une sensation que tout nos mouvements nous mènent à cette fin, ou plutôt cette faim. Dans ces cas là il faut juste être bien préparés, ou très puissant, en l'occurrence le roi déchu de la brume sanglante était les deux, bien qu'il ait un peu rouillé après ce siècle de repos, il avait bien vite repris, et son épée l'avait bien vite compris, il pouvait lui donner des âmes.
    Nisdilv errait donc dans les rues de Shoubai, pas dans les bas quartiers regorgeant d'âmes faciles à prendre, de mendiants, de clochards et autres énergumènes avec 3 yeux ou des membres en trop, rien de très appétissant. Non ce que l'ancien Mizukage cherchait c'était de fiers combattants dans les rues de Shoubai. Des ninjas ? Cette bande de lâches qui cachent leur bandeau, qui baissent la tête et longent les murs ? Ce n'était plus l'élite des humains comme en son temps. Non il fallait ces messieurs en armure reflétant un sourire fier, avec leur long katana brillant et leur démarche arrogante de ceux qui font la loi dans la cité.
    Ce jour là Nisdilv avait un henge avec une toute aura que sa propre aura, un personnage héroïque, qui inspire confiance, une image, une allégorie de justice, d'héroïsme, de courage ! Un homme grand, armoire à glace, une épaisse armure blanche, réfléchissant chaque rayons de soleil, brillante comme un diamant. Une immense épée dans le dos, blanche elle aussi, et des longs cheveux blonds, fins, virevoltants avec le vent. Vous voyez le topo ? Le « héros » de base quoi. Mais derrière tout habits de moine se cache un diable, voici la morale.
    Le plan était rôdé, il allait voir deux samourais en se plaignant de clochards à proximité de sa résidence et qu'il trouvait cela inadmissible. Évidemment, les deux chevaliers de l'ordre tombèrent dans le panneau et l'ancien roi les amenèrent dans une petite ruelle dans le quartier mafieux, la nuit avait commencé à tomber, les oiseaux étaient rentrés se serrer les uns contre les autres dans leur nid, les enfants mangeaient leur soupe avant d'aller se coucher et leurs parents les regardaient d'un air tendre. Dans les rues il restait les voyous, les forces de l'ordre, les marchands pas nets refourguant leurs sales marchandises, et dans cette petite ruelle une personne bien trop blanche, bien trop normalement notable trainait encore là avec deux samourais.
    Ils arrivèrent par petit pas jusqu'au bout de la rue, une impasse, sans la moindre trace de clochards, les rats fuyaient dans leurs trous, les araignées s'interrompaient dans leur repas pour monter le plus vite le long des gouttières. Les chiens aux alentours cessaient d'aboyer, de toutes manières les chiens ça agace, ça fait chier les gens au réveil, pendant la journée et pour s'endormir, sales bêtes. Les deux futures victimes prenaient conscience tout doucement, qu'il n'y avait rien à déplorer ici, et qu'il n'y avait même jamais rien eu, du moins... pour le moment. Ils s'aggripèrent à leur katana avec fermeté, comme pour se rassurer, qu'ils savent se défendre, mais il faut être souple et non ferme, c'est une des premières lois d'arts martiaux. Évidemment qu'ils avaient une peur qui les envahissaient, tout le monde à Shoubai connait le talent des samourais, en attirer deux dans un guet-appens c'est que soit il y a une foule de bandits, mais dans une impasse c'est peu probable, soit l'adversaire est très sur de lui et est puissant. La peur se lisait à présent sur leur visage, ils ne voyaient strictement rien, tout était noir, totalement noir, d'un noir tangible, les ténèbres venaient les chercher. Ils ne sentaient plus non plus la présence héroïque du personnage qui les avait conduit ici.


    « Qu'est-ce... »

    Essaya de baragouiner un des malheureux, qui ne pu finir sa phrase, décapité d'une simple estocade, les ténèbres s'estompèrent pour faire place au début de nuit sur Shoubai. Des traces de sang peignaient les murs, une seule bien longue, courbe, suivant la trajectoire de la lame, commençant déjà à dégouliner vers le contrebas. D'autres plus petites faisaient office d'un autre mouvement de lame, comme pour la remettre près de la taille. Enfin quelques gouttes, bien rondes, tâchaient le visage horrifié du compagnon du défunt. Celui-ci n'eut qu'une seule idée, bien humaine, bien faible, tout à fait la lâcheté caractéristique des hommes, celle que Nisdilv haïssait du plus profond de son âme déchirée; il commença à se retourner pour fuir. Manque de bol, il tomba né à né avec le meurtrier, une haute silhouette en armure où l'on voyait resplendir deux lumières bleues, achevant le petit reste d'espoir du policier, et plus bas une épée, qui, elle aussi, brillait de milles feux bleus, elle était contente.

    « Aa... »

    Le roi déchu ne laissa pas le temps au samourai de laisser un dernier cri, et l'empala de sa lame, du chakra pur, noir, sorti de la tête de celui-ci pour se loger dans l'épée, qui brilla un peu plus. Un rire, perçant, machiavélique, plus noir que la nuit sorti du casque de Nisdilv, elle était rassasiée, il était satisfait.

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Ven 12 Mar - 15:56

    Des pétales de roses planaient dans les airs, embaumant l'atmosphère de leur parfum. Une faible lumière transpercait les rideaux rougeâtres, baignant ainsi la pièce d'une lueur rosâtre. Il n'y avait qu'une fenêtre à coulisse, dévoilant un balcon recouvert de diverses plantes et fleurs en pot. Dans la chambre, il y avait une coiffeuse en bois massif orné de plusieurs flacons, et d'un miroir au cadre travaillé dans un métal simple mais recouvert de peinture d'or blanc. Il trainait sur le sol couvert par un tatami plusieurs vêtements. Un kimono blanc aux ornements floraux bleu azur était cependant sur une chaise. Une chaise assez confortable à vrai dire. Des coussins incroyablement duveteux et matelassés étaient incrustés dans le bois acajou. Le lit occupait une majeure partie de la pièce. Il était deux places, monté sur une structure en bois solide. Éparpillés tout autour du lit, quelques vêtements sombre et un grand manteau rouge. Coincé entre le mur et le montant du lit, on voyait un bout de fourreau sombre. Les draps en satin rouge étaient remués et recouvraient partiellement deux silhouettes. La première semblait plus féminine. Une jambe à la peau satinée dépassait des draps et remua légèrement en sentant un petit courant d'air glisser dessus.

    Dans un monde tout à fait à part, constitué essentiellement d'un sol en plumes, compactes et moelleuse, un homme en rouge se roulait par terre. Son crâne blanc disparaissait dans les plumes, alors que l'homme souriait, les bras écartés, heureux de pouvoir gouter à un quelconque plaisir charnel. Il riait aux éclats, l'homme en rouge. Son sourire en disant long sur le plaisir. Mais il n'était pas total. Il manquait une délicieuse pâtisserie au chocolat. Aussitôt le souhait pensé, qu'un présentoir en argent apparut dans un éclat blanc, tel un petit soleil apparaissant dans l'univers de duvet et disparaissait une fois son oeuvre accomplie. Le miracle pour Dante. Il tendit une main gantée de cuir vers le Youka et tenta de le saisir. Au moment précis où il devait il y avoir un contact physique avec la sucrerie, réveillant ainsi quelques neurones à Dante, et suivre une chaine ordonnée et précise pour que la main se resserre, le Youka disparût. Dante sembla un instant perplexe, mais après tout il y avait trois pâtisseries. Toujours le sourire aux lèvres, il répéta cette symphonie synaptique, jusqu'à la déception d'encore manqué son coup. Mais il recommença, d'un geste rapide. Et le troisième youka disparut. Lorsqu'il eut ramené ses mains à lui, les trois pâtisseries réapparurent. Quand un rire perçant, aigü et dans une cadence digne des plus grands méchants du cinéma parvint en écho aux oreilles de Dante, ce dernier releva la tête pour contempler la cause de cette torture. Kirara lui avait tout chipé et s'empiffrait d'un air diabolique et dément. Le matelas de plume se désagrégea et sombra dans les ténèbres, sous un Dante qui cherchait vainement une prise, avant d'à son tour sombrer dans un hurlement.

    D'un coup, Dante se réveilla. Pas en sursaut, mais en ouvrant vivement les yeux, en libérant énormément de sueur sur son corps nu drapé par du satin rouge. En contractant tout ses muscles, et en serrant les dents au point de se les briser. Tiré brutalement d'un doux rêve se changeant progressivement en cauchemar, Dante ne sut plus réellement où il était. Prenant lentement conscience, il s'apercut qu'il avait un mal de crâne abominable, de terribles nausées, qu'il n'était pas dans sa chambre, et qu'une charmante demoiselle était à moitié couchée sur lui, ses tendres seins plaqués contre son torse. En y pensant, ce n'était pas désagréable d'avoir un si beau corps nu sur soit en se dérobant d'un affreux rêve plein de sens. Mais la gueule de bois c'est déjà moins amusant. Se disant qu'il avait admirablement rempli son devoir conjugal, il chercha la bouille d'ange coiffée de flocons de neige sous la couette. Mais il n'y trouva qu'une coiffe rose clair. Un joli minois respirait en gémissant un peu sous cette coupe de couleur barbapapa.


    *Quelle fête ça a du être...Ou alors...*

    Dante était très rarement sujet aux expériences de trou noir généré par l'alcool. Ainsi donc il put se souvenir que ce réveil n'a rien à voir avec un lendemain de fête. La nuit dernière, dans un bar, il a aperçut un homme qui s'est finalement révélé être une piste pour retrouver l'assassin de Kirara. L'homme en question s'essayait à la drague, auprès d'une jeune fille de joie. Il semblait s'y connaitre, aux dires d'un voisin de comptoir. Il est su par beaucoup de ceux fréquentant l'oiseau d'eau rose, le bar où Dante était, que le dragueur de courtisane était un habitué des love hotels et une célébrité dans le réseaux de prostitution. D'après la rumeur, il aurait payé au moins une fois chaque fille des quartiers chauds de Shoubai. Lorsque l'éclair rouge a voulu se renseigner à son sujet, le barman à qui l'on avait déjà offert plusieurs verres ne sut retenir sa langue. Il expliqua qu'une des filles eut le bonheur de savoir qu'il était un grand assassin, bien solitaire et qu'il aurait fait oeuvre sur le dernier Mizukage. Cette simple information réveilla tout les sens de Dante, et il se mit en chasse. Il cherchait une fille dans les critères de l'assassin. Et c'est donc celle qu'il a dragué qui est désormais étendue sur lui. De ce que les souvenirs de Dante disaient, et selon l'interprétation de Dante, la fille n'était pas insensible à ses techniques d'approche. Et l'ex Raikage qui avait déjà pas mal bu ce soir là s'était emballé. Il n'avait pas la moindre information, et un profond remords lui déchira les entrailles. Il n'avait probablement pas fait que l'embrasser ou la pelotter, cette fille, alors qu'il y a encore si peu de temps qu'il a perdu sa moitié. C'était cette impression qu'il ressentait. Avoir tromper un cadavre. Il n'essaya pas d'y penser. Lui était en vie, et devait continuer à vivre tel qu'il était, même si cela n'est pas simple. C'est sans doute cette jeune femme qui changera le destin de Dante. Ou peut-être que cette conquête d'un soir ne sera qu'un trophée ajouté au tableau de chasse imaginaire de Dante et qu'elle n'influera aucunement la vie de l'éclair rouge.

    Debout sans même s'en être aperçu, il s'habilla en faisant le tour de la pièce. Il recherchait essentiellement un morceau de papier et de quoi écrire un mot d'adieu à la jeune fille. Il nota donc sur un reçu que les évènements de la nuit passées avaient été une erreur, et qu'il était désolé de devoir partir ainsi. Il n'en pensait pas un mot. il ne retrouva pas son t-shirt malheureusement. Il devait avoir été lancé par la fenêtre lors des ébats. Peu importe. Il enfila sa veste devant la fenêtre, fixa son katana à sa taille et adressa un dernier regard à la créature de rêve qui avait partagé sa nuit. Il disparut après avoir laissé un petit sourire en coin.

    Visiblement, l'heure était proche du soir. D'après les connaissances qu'il avait de son organisme, il avait dû s'endormir aux aurores. Il traversa alors une volée de ruelles parallèles en sautant de murets en balcon et d'échelles de secours en poubelles. Il croisait de temps à autre un petit groupe de Yakuza ou quelque chat affamé. Il rencontra alors un mur face à lui. Il n'avait pas l'intention de tourner. Un entrainement parfait pour l'escalade. Il atterrit à quatre pattes sur le mur, tel un homme araignée et se hissa jusqu'au somment de l'édifice. C'était un grand mur en brique, assez vieux. Quelques briques ressortaient du mur ou étaient déjà éparpillées en morceau sur le sol. Alors au sommet du mur, un spectacle rouge attira le regard de Dante. Ce genre de représentation, il les connaissait bien. Il était même assez souvent acteur. Mais celui ci n'était pas habituel. Un homme en armure, inspirant de visu le respect venait de décapiter un samurai. L'armure du héros fut plus claire aux yeux du nukenin. Il transpirait de haine et d'appétit. Un personne au chakra sombre et puissant. En voyant cette personne, les yeux de Dante s'écarquillèrent, s'étrécirent. Un sourire inquiétant fendait son visage en deux d'un air douteux. Il s'accroupit au moment où le second représentant de l'ordre se fit spoilé de sa vie. Une flaque d'élixir rouge s'écoula sur le sol sombre de détritus de la ruelle. Tout cela s'était passé tellement vite. Un homme émanant une telle puissance, irradiant de haine, et de puissance...C'est ce que Dante cherchait absolument. Il perçut le cri démoniaque résonner dans le heaume de l'armure blanche. Était-ce vraiment un homme dedans? Si c'était le cas, il devait impérativement faire partie de la Devil May Cry. Un tel élément ne peut être revu en tant qu'ennemi. Et il fallait aussi prévoir qu'en l'instant présent il pouvait se révéler nuisible. Dante fit donc trois mudra rapidement, de façon à animer son ombre sur la paroi du mur qui était dans son dos. Il attira ensuite l'attention de l'armure blanche.


    "Ahlala... Moi qui pensait que les samurai allaient me foutre la paix... Maintenant que je suis ici, ils vont me prendre pour cible..."

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 14 Mar - 13:50

    Le sang. Juste un liquide plus ou moins rouge à la vue, au toucher un simple liquide, toujours pareil, le goût... il y en a un petit, pas désagréable mais rien d'extraordinaire. Alors pourquoi certaines personnes y voue un culte ? Certaines pensent que boire ce fluide est source de jeunesse éternelle. D'autres ont des déficiences mentales qui font que. Et ainsi les yeux de l'ancien Mizukage s'illuminait à la flaque qui ne cessait de s'agrandir, le temps passait au ralenti, il adorait cette vue depuis tout petit, et ce là remonte à très loin. Mais il y avait une toute autre raison à l'attirance présente de l'ancien roi pour le fluide vital. En effet le sang lui rappeler ce qu'il était, ce pourquoi on l'a effacé des archives, ce pourquoi il était connu et paradoxalement ce pourquoi il a été oublié. Le père de la brume sanglante, voilà ce qu'il était. Il repensait à ses premières effusions de sang dans le village de la brume et sous son heaume, un sourire apparu. Tout le monde connait ce genre de sourire, nous rappelant le bon temps, un événement qu'il n'était pas bien de faire, ne respectant pas réellement l'éthique, voire pas du tout, on viens généralement de refaire ce même genre d'action, on en est satisfait, un petit plaisir méchant, sadique, vicieux, malsain qui s'exprime sous la forme d'un simple petit sourire.
    Le père de la brume sanglante sortit son épée de la dépouille et bien que sentant une présence dans la rue, une VRAIE présence, celle dont on sent l'arrivée parce qu'elle n'est pas comme les autres, différente, plus puissance, il sortit de son henge. Ainsi l'armure sombre pris le dessus sur l'argent. Les ténèbres sur la lumière. Le déchu sur le héros. Le roi lécha sa lame avec appétit puis se tourna vers le nouveau venu.
    Une homme plutôt normal à première vue, de longs habits rouges et une tête blanche qui aurait pu évoquer un âge avancé, alors qu'au contraire il avait l'air plutôt dans la force de l'âge. Mais ce ne serait pas ce multi-centenaire qui serait choqué d'un tel « exploit ». Bizarrement le personnage en face de lui lui rappelait les archives qu'il avait lu à son réveil... Du rouge... Ouai, il avait lu quelque chose sur un certains éclair rouge de Kumo, mais la suite avait été arrachée, encore quelqu'un qui ne veut pas qu'on sache tout de lui... Un sourire imperceptible s'afficha sur le visage de Nisdilv.
    D'un geste lent, comme pour montrer qu'il n'était pas agressif, il monta son épée, le bras tendu, de profil face au présumé éclair rouge, l'épée dans l'alignement du bras. Il la tourna de 90° sur l'axe du poignet et le monde s'enfuît. Tout était noir autour d'eux, des fois des sortes de fillaments violets, sombres, flottaient dans les airs, chacun avait l'impression de flotter sauf qu'ils auraient pu marcher. Une autre dimension, sans aucune lumière, et pourtant, les deux ninjas, car c'était sur qu'il en soit un, pouvaient aisément se voir. Ils étaient à 50 mètres l'un de l'autre, figés complètement dans leur position, mais visiblement ils pouvaient librement parler.


    « Pourquoi viens-tu déranger mon repas coton-tige ? Qui es-tu surtout ? »

    Oui, après ces centaines d'années dans l'ombre, son arrogance et son tact ne s'étaient pas arrangés, et il aimait provoquer tout le monde pour tester leurs réactions. Une réaction violente en apprends énormément sur le personnage, et même le type de réaction violente. C'est d'ailleurs les réactions qu'il préférait, des âmes à manger, des faibles trop imbus d'eux-mêmes généralement. Ceux qui restaient calmes étaient sûrement les plus intéressant, que l'on ne doit pas tuer tout de suite, juste pour voir.

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 14 Mar - 16:38

    Les ombres de la ruelles se dessinaient entre les ordures, les deux cadavres et la tête fraîchement ôtée de son socle. Était elle encore en vie? Est ce que la légende qui dit que notre cerveau agit pendant encore quelques secondes après avoir été arrachée est vraie? Le samurai aurait donc vu quelques pages du dernier numéro de Kunoichi sexy mag. Un Hors série d'après la couverture. Et quel hors série ! C'était un spécial sur les filles les mieux notées du magazine. Dante avait voté pour Arami, une de ses filles préférées, suivit de Tsuki et Anju pour constituer un top trois. Si ce magazine n'était pas recouvert par la crasse plurimillénaire, les déjections de rats, et le sang, Dante s'en serait probablement saisit. Lire ce genre de magazine réservé à la clientèle majeure l'aide à dormir dans 60% des cas. Mais ne croyez pas que Dante est un fidèle amateur de ce genre de revues. Sa grande passion ce sont les livres de mode, plus particulièrement féminine. Nous nous étions arrêtés aux ombres menaçantes avant de parler des passe-temps de l'ancien Raikage. Elles ondulaient sous les rayons rouges et épais du crépuscule, se déplaçant lentement, creusant chaque aspérité au sol ou sur les murs de briques usées. Et la plus active était celle dans le dos de Dante. Sur un mur très sombre et friable par des années de nidifications de divers oiseaux, l'ombre malicieuse progressait à son aise vers les autres ombres réelles et dépourvues de chakra. Elle n'avait pas de consistance, et restait donc juste une tache aussi noire que les autre, s'éclaircissant pour ne pas se faire remarquer lorsqu'elle allait sur un morceau ténébreux plus clair.

    L'homme en armure qui était de profil à Dante releva lentement, trop lentement pour que cela ne soit pas un coup tordu, son épée vers Dante, dans l'alignement de son bras. Un tel geste était souvent signe de provocation en duel, dans l'univers multicolore de Dante. C'était un geste qu'il faisait souvent, soit pour ranger son katana volé à Kiri, ou alors pour désigner la personne qu'il allait priver de sa vie actuelle pour la changer à jamais. Pas par meurtre, mais plutôt en lui enlevant un bras d'un revers de sabre, en brisant les genoux, ou en le torturant psychiquement pour qu'il change d'état d'esprit et de vie. Dante n'est pas un meurtrier sanguinaire comme la majorité des criminels recherchés. Lui se contente d'un combat jusqu'à la défaite. Sa défaite sera sa mort, et celle de son adversaire sera l'abandon pur et simple. Le poignet de l'armure vivante se mouvra à la verticale et l'instant d'après, c'est comme si toutes les ténèbres du monde se rebellèrent face à l'astre blanc pour englober la ruelle et ses alentours à plus de cinquante mètre à la ronde et plonger les deux hommes dans leurs mains griffues. Malgré qu'ils pouvaient se voir et parler, ils ne pouvaient visiblement pas bouger. Cela ressemblait à un puissant genjutsu, mais il n'en était rien. Si cela avait été une illusion, Dante l'aurait su tout de suite en revenant au monde réel et clair, aux terribles fragrances de moisissures, de sang et de revues érotiques.

    La voix de l'armure s'éleva dans la sombre nuit artificielle. Elle était très grave, donnant une impression de puissance inestimable dans ses poumons. La propagation du son se réverbait sur son heaume métallique, modifiant quelques fréquences de sa voix, donnant un aspect robotique comme le font certains auteurs musicaux. Si l'on avait l'oreille musicale comme Dante, on pouvait aussi distinguer un certain âge à la voix, mais c'était tout de même incertain, car le casque de métal filtrait le son rocailleux de sa voix. C'est donc une raillerie qui s'échappa du casque symphonique à l'attention de Dante.


    Pourquoi viens-tu déranger mon repas coton-tige ? Qui es-tu surtout ?

    Un repas? L'on ne connaissait pas encore de restaurant qui servait des samurai fraîchement haché menu avec une sauce sanglante sur un lit d'ordure du mois dernier. Peut être dans la société canine de base, celle qui zone sans collier dans les rues du monde avant de se faire coincer par un service de protection prévue pour éviter la propagation de la rage et autres maladies nuisibles pour l'homme. Et même si Dante n'avait jamais eu l'occasion d'entendre parler d'un restaurant qui avait pour nom la cuisine du diable, il doutait sincèrement qu'un service cannibale existait dans la gastronomie. Mais passons la remarque pour analyser la moquerie. Coton tige. Même si cela était assez original, ça l'était trop pour faire rire qui que ce soit. Peut être il y a cinq cents ans, quand l'humour fut découvert. Mine de rien, c'était pas si mal trouvé. Une tête blanche sur un corps rouge. Et finalement la question d'occasion, qu'on ne pose que dans certaines situation. Lorsque quelqu'un perturbe une activité criminelle, lorsqu'une ombre se dresse devant vous, dans la cuisine, alors que les plombs viennent de sauter, et quand on est en proie à un homme qui cherche votre mort...Dans les trois cas cités, cela finit souvent de la même façon, et ceux qui la connaisse dans ses détails ne peuvent plus réellement parler aujourd'hui. Sauf peut être à Dante. Ce dernier personnage répondit néanmoins à la question, avec un très large sourire. Ce sourire moqueur et hautain qu'il aime afficher...

    "Moi? Bah Menbou san (Coton tige san)!"

    Il a toujours aimer se fiche des gens. Là, si personne ne trouve cela réellement drôle, c'est pour la simple et bonne raison que la vanne est tirée de l'antique blague de l'armure vivante et à la voix puissante. Il n'allait pas non plus répondre à une telle question s'il se fait mollement insulter la seconde précédente. Et les bonnes manières sont qu'on se présente avant de poser pareille question.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Lun 12 Avr - 11:06

    Les rayons pourpres du soleil s'était effacée, mangée, puisqu'on est dans le culinaire, par un autre... Je rêvais d'un autre monde ♪, mouai, sauf que celui-ci n'avait pas du tout de Lune ni de Terre. C'était juste des filaments sombres aux reflets violets qui symbolisait l'obscurité la plus totale et la seule luminosité semblait émané des protagonistes même qui était tout sauf resplendissant et lumineux mais plutôt de lugubres personnages, l'un étant un ancien roi et l'autre trainant dans ces rues en attardant un regard sur des revues érotiques. Bien sûr cela montrait un certains détachement de la mort, le sang, les têtes coupées, les tripes qui dégoulinent, les boyaux qui vomissent le petit déjeuner ou juste l'expression terrifiée du mort qui a vu sa vie défiler devant ses yeux. Cela rappelait à Nisdilv sa jeunesse... lointaine... très lointaine, où il regardait les criminels faire puis les interviewais pour savoir pourquoi il faisait ainsi, tout en lisant le journal, et c'est peut-être grâce à cela qu'il est devenu précurseur de la Brume Sanglante.

    Il était vrai qu'en y repensant, la phrase de l'ancien roi était peu originale et ne pouvait pas attendre vraiment de réponse. Mais l'intensité dramatique n'aurait pas été la même si le cliché de la phrase du criminel n'avait pas été là. Ensuite le coton tige, cela faisait vieux et tiré par les cheveux, c'est le cas de le dire... Mais ça avait fait son effet, c'est à dire un étonnement sur cette vanne.
    Il était aussi vrai que Nisdilv n'était pas un criminel comme les autres, il était supérieur, il ne fallait pas faire de fausse modestie. Lui était un criminel noble. La plupart des criminels n'étaient que des énergumènes avec une psychologie détraquée. Allant du détraqué violant des chats au tueur en série qui prends des trophées matériels en passant par le psychopathe sexuel, qui reproduit les revues porno comme celle de la ruelle en vraie, avec les femmes ficelées comme des pièces de viande, n'oublions pas les traditionnels cannibales, qui sont juste déséquilibrés. En bref, l'ancien Mizukage ne pouvait rentrer dans aucune de ces catégories, lui tuait pour tuer, pour abreuver son épée, il n'y prenait lui même quasi aucun plaisir comme acte, c'est le goût du « repas » qui vaut toute la chandelle.
    A vrai dire Nisdilv trouve que les âmes ont un peu le goût de pizza. Sur une pizza on trouve la pâte et la tomate communes à toutes les pizzas, ici on peut le comparer à une âme c'est une âme; ensuite ce que l'on mets au dessus des pizzas, chorizos, merguez, viandes, mozzarella, chèvre, emmental, champignons, oeufs... cela change le goût de la pizza et détermine quel aspect elle aura. Ici le passé de l'âme ce qu'elle fut, ses actions sont autant d'options sur la pizza. Et les samurais c'était une pizza 8 fromages. D'ailleurs il ne savait pas bien pourquoi, mais il imaginait Dante en pizza mexicaine, chorizo, merguez, épices emmental sur le tout, une âme bien goûteuse !
    Bien sur Kuragaritachi voyait ça avec beaucoup plus de pragmatisme. Une âme c'est une barre d'énergie sans goût, du chakra en boite quoi, pour ceux qui sont en boite. Et dans ce qu'elle communiquait en idées dans l'esprit de Nisdilv était que cet homme inconnu aux sarcasmes du même niveau que la vanne de l'ancien Mizukage devait être une sacré grande boite, qu'elle rêvait d'ouvrir. En effet le fait que le père de la Brume Sanglante doit s'immobiliser totalement pour faire de même à l'inconnu rouge signifiait que si jamais ils se battaient tout Shoubai en ressentirai les effets, il avait l'air puissant, et arrogant.
    Jusqu'à maintenant personne dans les rues puantes de Shoubai ou dans les quartiers hypocritement luxe et bien famé contrôlés par la mafia personne ne lui avait parlé de la sorte et tous semblaient pétrifiée d'une intuition glaciale. « Menbou-kun » était le premier à lui parler de la sorte. Ce la ne provoqua aucun énervement de l'armure, si l'on regardait bien un sourire se formait sur ses lèvres qui étaient encore les seules à pouvoir se mouvoir. Oui il souriait, il n'aimait pas quand tout était trop facile, un peu d'affront, de sarcasmes et les capacités qui suivent la gueule... il aimait ce genre de personnage, il n'était pas parano durant son règne, et c'est les personnes fortes en geule qui ne l'ont jamais trahis, il faut se méfier des gens renfermés.


    « Bien, tu as de la gueule, tu n'es donc en tout cas pas un de ces fils de demi-babouin gauche qui pisse dans leur froc. Mon nom ne va rien t'évoquer, mais je me nomme Nisdilv. Maintenant donne moi le tien. »

    Il fallait avouer que l'expression cassait un peu l'image, et qu'elle était très, voire trop originale. Mais avec la voix, l'intonation caverneuse et amplifiée par la résonance de l'armure, additionné avec le ton sec, l'expression paraissait vraiment méchante. Il s'était présenté. Il ne risquait probablement rien, son nom n'était connu que parmi les membres de Kiri qui ont reçu l'histoire de leurs ancêtres, ou de ceux qui ont accès aux archives très secrètes dans lesquelles figurent encore son nom avant qu'il ne les ait détruites. Mais l'individu l'intriguait et commençait à intrigué l'esprit de sa lame. Il attendait sa réaction avec de la curiosité et le prochain test qui lui imposerait serait révélateur et surprendrait sûrement le coton tige.

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 18 Avr - 23:14

    Le monde sombre semblait déborder de surprise. Dante se sentait comme un touriste sur une planète isolée et avec pour seul habitant une armure vivante à la voix caverneuse et au langage direct et un peu vulgaire. Cela ne dérangeait pas réellement Dante, lui même étant un fervent utilisateur de jurons divers et railleries insultantes. En tant que touriste, il voulait tout savoir de ce monde. Les coutumes et traditions culturelles des habitants...De l'habitant. Les plats qui y sont une spécialité. Pourvu qu'il y ait de la pizza, songea-t-il. Il souhaitait également connaitre la place d'un ninja dans ces ténèbres. Seulement, est ce que le ninjutsu existait. Mais si l'habitant qui y vit a pu plonger Dante dans les abysses obscures, c'est sans doute le cas. en le détaillant de plus près, il trouvait étrange qu'un ninja porte une armure osseuse. Dans un premier laps de temps il se dit que cela n'était pas plus bizarre qu'un ninja qui joue avec les lois de la nature, qui porte des bottes et qui fait joujou avec des pistolets automatiques. Mais par après, il percuta qu'il n'avait encore vu aucun ninja en armure. Ni dans le royaume des morts, ni dans les livres d'histoires. Mais il ne pouvait être sûr de rien. Ce qu'il voulait surtout, c'était savoir qui il était, lui qui dégageait une si puissante aura. Lui qui dégageait tant de puissance. Un homme de cette envergure, ce n'est pas à lâcher. Et en son for intérieur, Dante se dit qu'il ne pourrait probablement jamais le tuer et se servir de son âme. Probablement jamais.

    « Bien, tu as de la gueule, tu n'es donc en tout cas pas un de ces fils de demi-babouin gauche qui pisse dans leur froc. Mon nom ne va rien t'évoquer, mais je me nomme Nisdilv. Maintenant donne moi le tien. »

    Simple et direct. Tout ce que Dante a toujours apprécié chez une personne qui pourrait être un adversaire. Ce nom tintait dans l'esprit de l'éclair rouge, comme la mélodie du souvenir. Une clochette qui ordonnerait à la personnification abstraite de la pensée de courir dans la salle des archives et de tout retourner jusqu'à trouver ce nom quelque part. Impossible de mettre la main dessus. Probablement qu'il était sur une de ces feuilles vierges. À quand remonte déjà ce coup sur la tête qui a fait tomber les lettres des fichiers mémoriels? Même ça il en était incapable de se souvenir, trop occupé à chercher d'où venait ce prénom si rare. Mais il ne voulait pas non plus le faire trop patienter. Et il aimerait bien bouger aussi. Il ne voulait pas jouer aux plus forts face à cette armure vivante. Une crainte infondée germait en lui. Dante pensait qu'il pouvait se ramasser face à cet énergumène.

    -Moi c'est Dante. Si tu veux pas que je m'énerve, laisse moi bouger. J'ai faim, et j'ai envie de prendre un Strawberry Sundae. Alors soit tu me suis, et on parle tranquille, soit, je te force à me lâcher.

    Cela ne ressemblait pas à Dante de négocier ni même d'inviter quelqu'un à le suivre. Mais il préférait tirer la carte de la prudence vu ce qu'il se tramait.


(Je sais, c'est court, mais ma dernière mission m'a entièrement pompé.)

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Lun 19 Avr - 21:21

    Il fallait dire que le grand roi oublié avait oublié qu'il l'était, enfin il le savait, mais il ne savait pas à quel point. Il l'avait aussi voulu en effaçant toute trace de lui, mais quel homme imbu de lui même et talentueux n'a pas une pointe d'amertume lorsque son nom n'évoque absolument rien à tout le monde, à part quelques Kiriens nuisibles ? C'était son cas, à chaque fois qu'il énonçait ces sept lettres représentant tout et rien à la fois. Bien sûr il aurait pu rajouter « père de la brume sanglante, roi Mizukage » mais l'homme en rouge lui était, avant que celui-ci réponde totalement inconnu et cela ne lui aurait pas apporté grand chose. De nos jours quel effet ça fait de parler à un roi ? Si donné que l'on sait encore ce que c'est.

    A l'évocation du nom, une sorte de black-out se produisit dans la tête de l'interlocuteur de l'ex-Mizukage, son regard se vida, il semblait penser, fouiller dans sa mémoire pour trouver quelque chose, sûrement que le nom le titillait qu'il avait du le voir quelque part, alors soit il se souvenait de ce que le nom représentait mais plus où il l'avait lu, soit c'était l'inverse, soit les deux. Sur le coup Nisdilv pensa à la deuxième solution, car si il savait ce que ça représentait il aurait écarquillé les yeux et non chercher d'où ça venait. Mais après mûre réflexion ça ne pouvait être que le troisième choix, vu que les rares endroits où restaient des archives le mentionnant que si il s'en souvenait ça lui sauterai à la figure. Quoi qu'il en était, un peu d'espoir d'un jour retrouver la reconnaissance à l'énonciation de son nom lui revenait. Il fut coupé par le ninja rouge qui répondit enfin, c'est vrai que sinon ils allaient s'endormir et on ne sait pas ce qui peut s'y passer la nuit.

    Aux mots de Dante l'armure sourit sous son casque, ses lèvres un petit peu désaturée par le temps s'étendirent, se courbèrent et même s'entrouvèrent pour laisser place à la vue de quelques dents d'une blancheur insoupçonnée. Il aurait put être secouer d'un rire, qui aurait fait beaucoup de bruit avec son armure mais il se retint. Un sifflement régulier du à sa respiration retentissait pendant le silence qu'il laissait planer avant de répondre. En fait avec la tenue de Dante, son nom, son arrogance et son potentiel de chakra puissant, il n'y avait plus aucun doute sur sa personne, et Nisdilv n'eut pas à chercher dans sa mémoire, c'était tout frais sortit des archives, il se souvint même du tas de feuille grossièrement lié. Aucune photo ne figurait sur le dossier, juste des descriptions physiques, quelques données sur son caractère, un récapitulatif de ses actions connues et ça s'arrêtait là, bien sûr quelques pages étaient arrachées. Il referma le dossier et ses souvenirs par la même occasion.
    Ce qui faisait également sourire le roi déchu c'était ce « Si tu veux pas que je m'énerve », au plus profond de lui il avait envie de lui dire qu'il s'en foutait de son énervement, mais il se retint. A la base il n'aimait pas vraiment ce genre de phrase menaçante et le punissait très sévèrement et rapidement. Mais là, vu que l'éclair rouge de Kumo l'intriguait il laissa passer et étudia la question de la bouffe. C'est vrai que lui même avait faim, Kuragitachi qui était étonnement silencieuse elle n'avait sûrement plus faim du tout.

    « Hmmm... C'est donc un Raikage que j'ai en face de moi ? T'as l'air déjà vieux. Bien que le Sundae me tenterait éventuellement, je veux juste faire... un petit test, il ne sera pas bien méchant. »

    Au moment où la voix caverneuse s'estompa, les mouvements des deux protagonistes furent possibles, un peu de liberté pour chacun, mais ils restèrent dans le monde parallèle, parsemé de filaments ténébreux. D'un mouvement sec il amena son épée contre ses côtes, puis tout en gardant son poignet légèrement incliné, serrant fermement les lanières de cuir, il recula son bras et pivota sur ses appuis, montrant son épaule gauche à Dante. Il était visible que la lenteur qu'il prenait pour se préparer indiquait qu'il voulait que l'ancien Raikage se défende simplement. L'épée rejoigna l'axe de ta tête et à ce moment précis, c'était un déluge de nouvelles informations pour les yeux qui s'opéra, les yeux déjà luisants et bleus du père de la brume sanglante s'éclaircirent brièvement et c'est une aura de chakra visible que dégageait à présent la lame, un chakra d'un bleu très sombre, comparable à la couleur du bleu communément admis pour la nuit ou les ténèbres, c'est comme si ce chakra rayonnait de l'épée et flamboyait. Pour l'armure, l'avertissement, ou plutôt l'invitation avait duré suffisamment longtemps, d'une rapidité déconcertante pour quelqu'un portant autant de ferraille il se retrouva en close combat et abattit sa lame. D'une simple estocade comme celle-ci il avait brisé bien des lames et des crânes. Des sabres légendaires de Kiri même, réduit en mille morceaux, en cendre on juste en deux bouts distincts. Si Dante contrait avec son katana, quel qu'il soit, il devra insuffler assez de puissance dans celle-ci pour qu'elle ne se brise pas, mais globalement Nisdilv voulait voir comment il allait se défendre la faim au ventre et prévenu autant à l'avance.

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Mar 20 Avr - 20:39

    La vie de Dante depuis sa désertion était simple. Il avait ouvert sa guilde pour pouvoir poursuivre sa quête de haine et de souffrance universelle. Sa vie se résumait malheureusement à dormir à longueur de journée dans le canapé, avec quelques magazines de mode féminine sur le visage, à manger des strawberry sundae et des pizzas pepperoni sans olives, et boire de la bière une fois de temps en temps. Les entrainements s’étaient stoppés depuis cet accident malencontreux avec son ombre. L’amnésie lui avait un peu modifié son comportement. Il en était revenu à ses attitudes primaires. Il était un peu plus brutal qu’à l’époque de son règne de Raikage, et plus procrastiné. Il était plus direct et franc. Toujours droit au but, et jamais à se prendre la tête. Mais son humour décalé demeurait présent, et toujours autant dans les situations les plus critiques. Preuve en est faite aujourd’hui dans ce monde de filaments occultes. Il s’était fichu de la gueule de l’exosquelette métallique en le reprenant sur le stupide surnom. Malgré ses airs sombres et maléfiques, Nisdilv était apte à sourire. Juste après avoir prononcé son nom, Dante aperçut très clairement des dents étincelantes dans les ténèbres sous le heaume. Il n’aurait probablement jamais pu imaginer un sourire sous cette armure, même si on lui avait dit que c’était possible. L’expression familière ajouterait que Dante était sur le cul. Il était terriblement perplexe de voir qu’il pouvait susciter un intérêt. Ou alors serait-ce du mépris ? Nisdilv serait il aussi puissant que Dante, au point de s’en trouver supérieur. Pour éviter tout problème de traduction, l’ancien Raikage écouta attentivement l’élocution de l’armure vivante, et s’efforça de comprendre le sens de tout les mots et justifier leurs choix.

    « Hmmm... C'est donc un Raikage que j'ai en face de moi ? T'as l'air déjà vieux. Bien que le Sundae me tenterait éventuellement, je veux juste faire... un petit test, il ne sera pas bien méchant. »

    Raikage… bien vieux… tenté par le sundae…un petit test…pas méchant… En traduisant un peu, il ne comprit que quelques bribes des paroles de l’exosquelette. Il savait que Dante avait été Raikage. Il devait venir de Kiri, mais il s’en souviendrait s’il y avait eu un ninja aussi puissant. Et Kumo, impossible. Qui était-il  réellement. L’ex Raikage désespéra de ne pouvoir se rappeler où il avait entendu ou lu ce nom. Et il semblait au courant de quelque chose, pour dire de Dante qu’il avait l’air vieux. Ou alors était-ce un effet de ses cheveux. Le Sundae le tentait. Cela permettrait de briser la glace, et de se rafraîchir les idées. Puis de chercher un moyen pour convaincre Nisdilv de rejoindre l’armée du nukenin. Il parlait d’un test…pas méchant. Il ne fallu que quelques échanges électriques des synapses pour comprendre qu’ils étaient libre de mouvement. L’armure prit une pose de combat, montrant son épaule gauche à Dante. Ce dernier comprit la nature du test, pour avoir lui aussi lancé ce genre de défi avec la même énigme. Il croisa les bras pour se saisir d’Ivory et de Yamato. Il pivota à son tour sur ses appuis, d’un quart de tour vers la droite, son sabre dans la main droite, la lame longeant son bras. Le fil était du coté extérieur. L’épée de Nisdilv s’assombrit d’un chakra sombre, couleur nuit, parfaitement visible dans les ténèbres. La puissance qui en résultait était impressionnante, et jamais Dante n’avait eut l’occasion de contempler un pareil spectacle. Peut être une fois, mais il n’en n’était plus très sûr. Il se rappela d’un simple détail. Beaucoup de sable. Une chaleur oppressante. Rien de plus. Il fallait lui aussi qu’il montre de quoi il était capable. Il plaça son bras droit devant lui, pour pouvoir caresser le dos de son katana, pendant que du chakra un peu plus clair que celui de son nouvel adversaire l’entourait progressivement, sous forme de bulles bouillantes de chakra.

    L’armure avait bondit à la vitesse de l’éclair. Dante en parut surprit un court instant, car il ne voyait pas une armure se déplacer aussi vite en évitant le bruit des boites de conserve trainées par un chariot de jeunes mariés. « Rapide, se dit-il. Le chakra du démon à deux queues n’avait pas encore agit, totalement. Mais lorsque le premier assaut fut donné, quelque chose d’inhabituel se produisit. Le chakra bleu qui avait illuminé Yamato se propagea d’un coup tout autour de Dante, et généra un colosse en chakra, lui aussi armé d’un sabre. L’épée arrivait vers lui, lui qui avait repris sa position initiale. Il tourna le bras droit, légèrement en oblique vers le bas sur l’épée qui tombait sur lui, et asséna le coup sur le plat d’un quart de tour à gauche. Le colosse de chakra en avait fait autant, et la puissance unie des deux sabres était non négligeable. Le chakra maléfique et démoniaque n’avait pas encore généré de première queue. Elle en était à la moitié. L’éclair rouge décida de gagner un tout petit peu de temps. Il prolongea son mouvement vers la gauche en faisant glisser son pied gauche sur les filaments sombre, pour mettre plus de poids sur son contre. Et s’il fallait faire autre chose en plus, il pourrait toujours donner un coup de pied direction « middle kick ». Voilà sa première contre attaque. Dans quelques secondes, il pourra réellement passer aux choses sérieuses, et peut être profiter d’une potentielle surprise en dévoilant son pouvoir de jinchuuriki, qui jusqu’ici à eu le chic pour surprendre l’adversaire. Mais aujourd’hui, c’était quelques peu différent, car Nisdilv aussi était sombre et malveillant.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Mar 20 Avr - 22:07

    Le spectateur en voyant la scène se serait exclamé par le rendu de deux simples mouvements de lames, s'entrechoquant dans un déluge de puissance, il se serait dit « Mais quel spectacle ! ». L'homme plus pragmatique, plus lucide, en voyant ce déluge de puissance, cette énergie déployée par deux chakras sombres s'entrechoquant, se serait plutôt exclamer que la chance avait sourit à Shoubai que l'armure les entraine dans un monde indestructible, car sinon le pâté d'immeubles de la grande ville commerçante aurait été rasé dans une onde de choc. La gruppie devant cette même scène aurait dit « Ils sont célibataires ? », ainsi pour finir le ninja classique aurait mouillé son froc en espérant ne jamais les croiser dans le camp adverse un jour. Il fallait avouer, ça en jetais. Mais l'esprit de Nisdilv lui, dit simplement en son fort intérieur : « Ouai, ça me manquait. »

    Revenons en arrière pour expliquer cela, à la période du règne du plus grand... du moins l'autoproclamé plus grand. Un jour de belle pluie, sûrement, le roi organisa un tournoi, où les plus grands combattants du monde existant était conviés, des combats plein de rage étaient organisés et cela attirait beaucoup de foule à Kiri. La petite touche du roi était que les combattants avaient le droit de se servir du publique pour gagner, faire couler du sang innocent n'était pas prohibé. Ainsi la finale annonça le roi de Kiri contre le dirigeant de l'époque du pays de la terre. Ce fut une des rares fois où la puissance de Kuragaritachi fut bloquée par une autre lame, et l'ancien Mizukage déclara, après avoir tué son adversaire que c'était le plus beau combat qu'il n'avait jamais livré. Cela rappela donc son temps au quadricentenaire.

    Mais l'entrainement de ce dernier ne s'était jamais arrêté avant son sommeil. Plusieurs centaines d'années à s'entrainer forgeaient un des meilleurs combattants. Mais ce sommeil qui dura 50 ans, où le personnage s'est ressourcé et s'est approché du monde mythique des rêves et des vraies ténèbres l'avait renforcé mentalement et augmenté ses capacités, mais l'avait un peu rouillé niveau combat, du moins VRAIS combats. C'est ainsi qu'en voyant que la lame de l'éclair rouge de Kumo ne se brisa pas, deux rires vinrent perturber le silence, des rires de joie, ce genre de rire qui vous secoue lorsque vous retrouvez un vieux compagnon, là le compagnon était une ébauche de combat, d'un combat anthologique à en devenir.

    Il croisa le regard de Dante dans le choc des lames, une onde de choc se propagea mais aucun des deux n'en ressentit l'effet. Il le fixa, ses propres yeux bleus luminescents et profonds regardaient dans le regard de cristal du Raikage, il vit cette flamme qui était commune à toutes les personnes vivant pour le combat ou du moins qui font de cet art un chef d'oeuvre, cette flamme qui dansait dans chacun des yeux de ceux qui faisaient d'un combat un régal. En fait il avait beaucoup de similitudes avec son adversaire de test, une couleur de chakra peu différente, des puissances qui semblaient plus ou moins équivoques, des yeux semblables, la folie en moins dans ceux de Dante, la couleur de cheveux et l'art de manier les épées.

    Quelques secondes passèrent avant que le contre de Dante, sous forme de coup de pied arriva. L'armure sans un bruit recula d'un bond. Il était évident que lors de ce test les autres techniques que le kenjutsu pur étaient prohibées. Pour l'achever, le test, pas Dante, l'armure se remit en pose de combat. 10 runes s'illuminèrent sur l'épée, faisant la totalité de la longueur de la lame, des runes bleues, de la même couleur que le chakra. Ce dernier explosa, une aura entoura tout le personnage et montait de deux fois sa taille, il était quasi certainement palpable avec cette puissance. Une voix différente s'éleva, comme les caricatures d'esprits machiavéliques, plus aiguë, perçante, sinistre.


    « Le test va se finir maintenant. Soit tu meurs, soit on mange. »

    D'un geste encore plus rapide la lame de Kuragaritachi illuminée partit du bas en une estocade se dirigeant vers Dante.

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Mer 21 Avr - 23:28



    Il y avait un sport qui aurait très bien décrit l’affrontement se déroulant dans ce monde obscur composé essentiellement de filament à moitié invisible. C’était un sport de combat, où deux champions se battaient avec d’énormes gants en cuir aux mains et se battaient qu’avec les poings. Il y eut un match qui avait pour propagande publicitaire « Lallapalooza ». Dans le jargon sportif, cela était tiré d’un mythe ancien, et la signification la plus exacte serait « des coups à en faire trembler la terre ». Le choc des deux lames chargées de chakra sombre et maléfique défiait l’imagination en émettant une onde de choc qui aurait probablement balayé les immeubles alentours, s’ils étaient restés dans les rues glauques et froides de Shoubai. Le contact vibrant des lames d’acier faisait revivre quelques souvenirs au nukenin. L’excitation du combat, l’adrénaline qui fusait dans les veines jusqu’à en faire exploser le cerveau et déchirer les muscles. La soif de sang qui lui tourmentait les boyaux, derrière le nombril. Il n’avait pas vécu de combats aussi excitant que celui-ci. Peut être quelques uns tout compte fait. Le premier il ne s’en souvenait que par bribes. C’était dans un désert cuisant, proche d’un point d’eau. Peut être une oasis car il se souvenait également de palmiers. Mais il n’arrivait plus réellement à se rappeler qui était son adversaire, sinon que par l’image d’un squelette lui donnant du fil à retordre. Un autre combat que Dante eut à faire au cours de sa vie de ninja était un entrainement plutôt ludique avec la défunte Kirara, qu’aujourd’hui il a décidé d’invoquer en cas de coup dur. L’aspect ludique de l’entrainement était qu’ils combattaient réellement, avec les armes, à pleine puissance, et qu’ils devaient s’embrasser. Après un certain laps de temps, ils échangeaient les avantages et comptabilisait les points. Un jeu auquel il aurait aimé participer plus souvent. Et peut être poursuivre sur un matelas de plume et sous l’édredon frais et large du plus grand lit du palais des Koori. Le ne se fera probablement plus, et il le regrettait amèrement.
    Il y avait peut être encore un combat qui l’avait amusé. Un jour où le célèbre éclair rouge s’était décidé à taquiner les samurais de la vicieuse ville de Shoubai. Il était entré dans leur mess officieux, et avait saccagé, pour le plus grand plaisir des jeunes délinquant, la moitié du bar, en renversant tables, chaises et individus. La poursuite avait duré quelques minutes à peine, le temps de se presser vers un toit isolé. Le combat était rythmé par des dizaines de chocs métalliques, des gerbes d’étincelles et de sang, et des nuques brisées dans le plus grand éclat de rire de Dante, entrecoupé par des railleries à l’égard des forces de l’ordre. Si vous pensez à demander le pourquoi, il n’y a pas d’explication rationnelle, logique, ou subjective. Dante avait juste envie de se divertir, et il a fait de cette garde soumise son petit punching-ball, son purgatoire. S’il ne suivait pas ses instincts de guerrier violent et brutal, il serait sans doute sous antidépresseurs, névrosé jusqu’à la moelle et à faire la manche pour pouvoir boire une petite bière de temps en temps. Cela lui sauva donc la vie de reprendre ses anciennes habitudes de brute épaisse sanguinaire.

    Le choc des lames oui. Tout cela pouvait rappeler tant de choses à Dante. Comme le jour où il en tint une pour la toute première fois. Le jour où il avait combattu fièrement toute une bande de nukenin assoiffés de puissance. Tant de souvenirs. Parfois douloureux. L’adrénaline secrétée par ses glandes surrénales, excitées par la force de son adversaire grimpa à son cerveau, et le déconnecta de la réalité. Lorsque Nisdilv fit un bond en arrière pour esquiver le coup de pied latéral. Les fluides de Dante entraient en ébullition, et les instincts vaniteux et désireux de Nibi se firent sentir. Lui aussi était excité. Il ne désirait que sortir et en profiter pour se battre, et jouir des coups surpuissants. La première queue était déjà formée, et la deuxième se créait plus rapidement. Le chakra qui en résultait et impressionnant, débordant de puissance. Les couleurs des trois chakras différents se mêlaient dans un effet d’aurore boréale nacrée, laissant paraître du violet, du carmin, du pourpre, du bleu nuit, de l’indigo, et du bleu ciel. La circulation de chakra de Yamato s’accéléra. Le corps de Dante sembla se désagréger, comme s’il brûlait. Sa peau se déchirait lentement et s’envolait pour disparaitre dans les ténèbres de la dimension parallèle. Sous les morceaux d’épiderme se laissait voir le corps de Dante couvert par un chakra bleu nuit, mais plutôt clair, distinct. Il circulait très rapidement, et verticalement. Ses yeux changèrent de couleur, devenant vairons. Ses canines et ses ongles s’allongèrent, devenant respectivement des crocs et des griffes. Nisdilv avait lui aussi augmenter sa puissance. Du chakra l’entourait, jusqu’à deux fois sa taille. La puissance dégagée en était aussi palpable que le chakra de Dante. Sa voix avait mué pour devenir plus sombre et terrifiante, pour quelqu’un de normal. Dante sait ce qu’est réellement la peur. Il l’a toujours su. Il n’avait donc aucun sentiment en entendant ce changement brutal de fréquence vocale.


    « Le test va se finir maintenant. Soit tu meurs, soit on mange. »

    Les nerfs de Dante se détendirent, et son rythme cardiaque baissa, alors que l’épée de Nisdilv poursuivait sa course. Alors que les émanations de chakra s’estompaient jusqu’à s’évanouir, le nukenin de Kumo fit un pas de coté pour esquiver le coup, plutôt nonchalamment. Le chakra qui pulsait autour de la lame morbide avait augmenté la portée des coups. Le manteau rouge fut balayé, et Dante perdit légèrement l’équilibre, alors qu’il tenait sur un pied. Il sautilla une fois pour se recevoir sur le sol, et rangea son katana dans son fourreau en ébène. Sa peau semblait déjà être régénérée. Les brûlures avaient disparues, et ne laissaient que la peau claire du Raikage à l’air libre. La proposition lui plaisait. Il mourrait de faim. Il n’avait rien mangé depuis la veille, aux environs de midi. Et sa nuit torride l’avait épuisé et affamé. Mais il devait montrer qu’il n’était pas un petit joueur, qu’il ne craignait nullement la puissance de Nisdilv, même si elle était plus ou moins égale à la sienne. S’il était plus puissant, il ne s’en souciait pas. Si l’armure vivante avait voulu le tuer, il aurait été plus sérieux, plus consciencieux dans le choix de ses attaques. Il ne s’agissait peut être que d’un texte, mais il ne fallait pas non plus laisser un écart dans la puissance des deux guerriers.

    Les lèvres du Maitre de guilde s’élargirent en un sourire satisfait et confiant. Ses mains s’agitèrent en une série de mudras, et une fissure violette se dessina dans l’air, au milieu du monde sombre. La fissure glissa sur l’air pour s’allonger, puis s’élargir en une sorte de porte.


    « Allons-y alors. Après toi, dude. »

    On ressentait une pointe de moquerie dans le ton qu’il prenait. Il en sous estimait pas son adversaire, et s’efforçait de ne pas se sur estimer pour une fois. Il était conscient de la force de l’exosquelette d’acier. Il voulait juste lui montrer qu’il n’aura jamais l’intention de fuir face à lui, en lui montrant qu’il avait été capable de quitter ce monde depuis le tout début. La frime de fin de combat en quelques sortes.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 25 Avr - 10:35

    Il fallait éclaircir plusieurs point par rapport à ce qu'il venait de se passer. Le premier étant le changement subit de voix, de personnalité, de personnage affrontant Dante, ou du moins testant Dante. Un changement méta-psychologique, parce qu'avec méta devant ça fait tout de suite plus sérieux. Dans le cas de Nisdilv, à chaque seconde c'est deux personnalités qui contrôlent l'armure vivante, une dominante et une récessive, et après tant d'années à s'accommoder l'une à l'autre évitant ainsi les prises de pouvoirs spontanées changeant du tout au tout et les changements de voix inopinés en aigüe cassant tout le diabolique du personnage le rendant comique. En l'occurrence la personnalité de Kuragaritachi et celle de Nisdilv avaient maintenant presque la même personnalité, bien que Kuragaritachi soit plus assoiffée de sang, et là elle se retenait, car le duo était intéressé par cet homme en rouge.

    En effet celui-ci venait certes d'esquiver une estocade assez facile à ne pas se faire toucher, mais la grâce et la facilité du bond était plutôt impressionnante, enfin, pour quelqu'un de normal. Cela rappela une nuit juste avant son sommeil, il ne se rappelait plus vraiment, mais il avait affronté une puissance sans pareil, qu'il avait faillit vaincre. Faillit, un chakra d'une puissance dévastatrice, que seul l'aura pouvait décimer un petit village, tuer des civils innocents. Lui n'était pas un héros, il l'avait affronté pour son orgueil, sa fierté et la puissance qu'il aurait à la fin. Cela le chiffonna de ne pas se rappeler exactement de ce que c'était. Mais c'était un fait, c'est ce qui l'avait fait s'endormir.

    Dante, alias coton-tige, en tout cas c'est le surnom que si ils se revoyaient après ce début de soirée fraîche, ouvrit un portail, rouge, peut-être moins que son manteau au cadre décoré de sculptures des divers monstres liés dans n'importe quels moeurs aux enfers, le rouge qu'offrait la porte avait quelque chose d'attirant mais d'à la fois repoussant par une sorte de 6ème sens bienveillant. Mais il ne fallait sûrement pas croire que l'ancien roi avait peur.

    D'un geste simple il toucha son épaule gauche,, une rune s'illumina, plusieurs motifs circulaires chevauchaient ou faisaient partie d'un grand cercle, quelques triangles espacés formaient un noyau décentré et des lignes liaient des cercles aux triangles, une lumière blanche illuminait le motif jusqu'à cacher entièrement de la vue de quiconque le personnage, lorsque ce vif rayon disparut l'ancien Mizukage avait entièrement changé. L'armure n'était plus là, l'exosquelette sinistre comme on le surnommait, laissant place à un autre personnage. Voyez plutôt.

    Une grande capuche, aux bords élimés, à la pointe un peu déchirée, qui se prolongeait pas une cape dans son dos, une sorte d'aura bleue, sûrement due aux yeux du protagoniste émanait de sous la capuche, on ne pouvait rien voir de son village, le haut et en fait les trois quarts du visage étant plongés dans la pénombre, le bas était protégé par une sorte de col, partant du niveau de la bouche jusqu'au milieu du sternum, scindé en deux. Les habits avant armurés du protagoniste avaient laissé leur place pour un habits en cuir, par sangle autour du torse, mais toujours deux épaulières aux dessins runiques, en fait dans n'importe laquelle de ses formes on pouvait l'appeler l'homme-rune. Mais cette forme se surnommait le faucheur, par sa ressemblance à la croyance populaire de l'aspect de la Mort. Un sourire se dessina, imperceptible, il rangea Kuragaritachi dans son dos, attaché on ne sait comment, elle semblait flotter sur la cape de la nouvelle forme du Mizukage, ce rendait assez bizarrement et dans un rire dont on ne savait ni la cause ni la nature, juste perçant dans les tympans, sûrement encore l'esprit malveillant de l'épée qui s'exprimait, il fit un bond majestueux dans le portail rouge, passant la tête la première sans crainte, il ne risquait rien après tout.


[Désolé c'est court mais au moins on avance.]

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 25 Avr - 21:16

    Quelle heure était-il? Avant de se retrouver dans cette dimension obscure, le soleil embrasait le ciel. La lune apparaissait partiellement, telle une demi sphère blanche perlée de cratères, transparente au crépuscule. La dimension dans laquelle Nisdilv les avait confiné avait-elle son propre système temporel, comme le royaume des morts? La réponse ne viendrait qu'une fois qu'ils seraient tous les deux sortis par la trappe dimensionnelle qu'avait ouvert Dante. Il avait laissé la place à Nisdilv pour qu'il puisse y pénétrer. Ce dernier toucha son épaule gauche, et une multitude de symboles lui tournait autour. Dans un éclat de lumière, il avait troqué son armure pour une longue cape sombre. L'armure a parfois ses inconvénients. Dante songea que c'était mieux ainsi, que l'on ne l'attaquera pas lorsqu'il entrera chez lui. Si aucun incident ne s'était produit, Sakura, Fye, et les jumeaux devraient être présent.Aucun d'eux n'aurait été capable d'arrêter l'armure.
    Cette dernière, maintenant rééquipée par une cape, exécuta un bond et plongea à travers le portail. Après une seconde, il devrait s'être retrouvé à la Devil May Cry. Le portail ayant attiré l'attention, Sakura devrait s'être postée devant, la tête basse, prête à saluer Dante d'un ton chaleureux. Fye devrait être en train de regarder la partie d'échec des jumeaux en souriant, un cocktail de son cru à la main. Dante rejoignit Nisdilv dans la seconde pour n'alarmer personne. Ses bottes marquèrent son arrivée dans un bruit clair sur le parquet. Sakura était bel et bien devant le portail et ne semblait pas le moins du monde choquée de voir une immense capuche vivante à la voix caverneuse.


    -Vous un êtes un ami de... Dante nii chan! s'exclama-t-elle en faisant de petits bonds joyeux. Malgré un lourd passé, elle a toujours été heureuse de revoir son maitre. Elle le considérait à la fois comme un ami, et comme un grand frère. Dante lui passa la main sur la tête et la décoiffa avec un large sourire, marque d'affection, sans nul doute.

    -Tu sais, moi et mon pote, on a un petit creux. Tu veux bien appeler Kirara et faire la cuisine avec elle, lui demanda Dante d'une voix doucereuse. Ça n'était pas dans les habitudes quotidiennes de parler de cette façon pour l'ancien Raikage. Si jamais elle a la flemme, dis lui que sa cuisine me manque, continua-t-il. Les yeux émeraude de la petite semblèrent se remplir de bonheur. Elle acquiesça et couru dans la pièce du fond à droite. Dante s'étira les bras lentement en soupirant. Il était content d'être chez lui, et de savoir que bientôt, il pourrait manger. Il jeta une oeillade à son compagnon, et se souvint du pourquoi il l'avait amené ici. «Suis moi, lui fit il en avançant vers le bar. Le néon officiel de la guilde n'était pas allumé, derrière le comptoir, et l'on peinait un peu pour pouvoir lire ce qui y était écrit. Les jumeaux se tournèrent vers Dante avant de reprendre leur partie. Le blondinet quant à lui sourit à l'ex Raikage, et se pressa d'allumer le tube néon. Après quelques clignotements, l'enseigne de la Devil May Cry s'illumina d'une lumière bleue marine, donnant aux dizaines de bouteille une aura peu commune. Le nukenin passa derrière le bar, et chercha attentivement une bouteille qui conviendrait pour l'occasion. Après quelques instants de réflexion et de recherche, une bouteille de cognac fut délogée de son emplacement. Dante la posa sur le comptoir, et invita Nisdilv à s'asseoir.

    -Commençons par l'apéritif. On devrait avoir un bon quart d'heure avant de pouvoir manger.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Nisdilv
Admin || Père de la Brume Sanglante || Mizukage déserteur.
avatar

Messages : 73
Points : 108
Date d'inscription : 24/01/2010

Fiche Shinobi
Points Missions:
120/400  (120/400)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Jeu 29 Avr - 20:05

    Le roi encapuchonné débarqua dans une pièce au parquet bien ciré, comme si on allait jouer au curling dessus, on osait à peine marcher dessus, se disant que peut-être quelqu'un ou quelqu'une sortirait de nul part pour engueuler de foutre en l'air le cirage avec les pas. Le reste avait l'air plutôt vieux, en restant dans une classe certaine, imposant un certains respect d'une vieillesse qui faisait souvent hasbin à Shoubai, ça rappelait les vieux monuments traditionnels dans chaque pays. Une lumière tamisée orangée, à base de jaune et de rouge donnait une atmosphère telle les bars jazzys emplit de fumée avec un piano mais sans piano, l'image renforcée par une jukebox aux reflets strange, vieillit. Dans un autre des côtés, un bar remplis d'alcools diverses, avec une insigne à la base non allumée confirmait encore plus l'idée du bar jazzy. Plus profondément on apercevait un bureau, globalement vide, à part une sorte de rectangle rouge, un bijou de technologie sûrement, avec contre le mur un tableau avec quelques papiers épinglés. C'était un ensemble modeste dans le bon sens, avec une ambiance accueillante. Nisdilv faisait tâche.

    Comme pour l'accueillir une fillette, adolescente, il ne lui donnait pas plus de 17 ans, par ses traits fins et son allure globale. Une fille aux yeux émeraudes, comme si l'on avait arrachés ceux qui étaient originalement présents pour greffer deux pierres précieuses, il y avait mille reflets dans son regard, un des plus beaux que Nis avait vu en plus de 450 ans de vie. Ses cheveux étaient biens coiffés, de façon coquette et deux mèches du style couettes étaient retenus par un nœud rose, une petite caricature de petite fille, c'était marrant à voir.

    D'autres personnes, plus... insignifiantes étaient également présentes, mais aucune d'entre elles ne semblaient s'inquiéter de l'arrivée d'un espèce de colosse encapuchonné, avec une épée bleue qui semblait flotter en l'air, c'était à se poser des questions sur les habitudes de la maison.
    Ainsi, lorsque le maître de maison franchit son propre portail pourpre, il arriva tel un saint dans une églsie dans sa demeure, c'était limite si tout un peuple ne lui sautait pas au cou pour le saluer, pour le remercier d'être là ou d'être ce qu'il est. Aussi il avait l'air beaucoup plus décontracté et amical que quelques instants auparavant. Il demanda à la jeune fille, dans une scène touchante digne de film romantique, de demander à une tierce personne nommée... Kirara de faire la cuisine. Ce qu'ils ne savaient pas encore c'est que l'ex Mizukage était très exigeant en cuisine, si l'on cuisinait il fallait le faire bien, et il eu un doute sur la capacité de la personne, mais n'y pensa qu'en travers.

    D'un geste l'homme en rouge passa derrière le bar, un sourire s'afficha sur le visage de Nisdilv, il aimait les bonnes boissons, surtout après un petit combat, ou plutôt un mini test histoire de se mettre en jambe. Sa boisson préféré était une sorte d'équivalent de porto venant de Kiri, qui ne se faisait quasi plus au fil du temps, mais le cognac arrivait de façon très serrée derrière et son sourire s'agrandit. Il fit quelques pas en direction du bar lorsque l'enseigne s'alluma, du bleu, ça cassait un peu l'atmosphère orangée, mais donnait des reflets amusants sur les bouteilles d'alcool, comme si l'on était dans une cave d'alchimiste, remplie de potions en tout genre et que l'alchimiste en rouge tenait une potion fort bien goûteuse, nommée cognac.

    Mais l'ancien roi était un peu gêné, il était déjà traité comme un ami à peine entré chez lui, il avait peu l'habitude, étant plutôt pestiféré, faisant peur à tout le monde et son statut de banni n'arrangeait souvent rien. Mais l'on était déjà après son réveil, c'était une nouvelle page qui se tournait, vierge, où l'on pouvait écrire un roi peut être plus social. S'asseyant près du bar et prenant le verre que Dante venait de remplir il s'exclama d'une voix un peu moins caverneuse qu'auparavant :


    « A la tienne ! »

_______________Shin Jidai V2________________
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   Dim 2 Mai - 0:39

    « A la tienne ! » Tels furent les mots de Nisdilv, lorsqu'il leva son verre. Dante se joint à lui dans un « Kampai ! » calme et légèrement rauque. Il but son verre d'une traite, et s'en servit un nouveau directement. Fye qui se tenait à coté de lui, penché sur le comptoir, le visage dans les mains ne se réprimait pas pour sourire chaleureusement. Lorsqu'il porta le second verre à sa bouche, quelque chose le retint dans son attention. Le sourire de Fye s'effaça un peu, et ses yeux parurent plus visible que s'il souriait. Un cri retentit depuis la cuisine. Féminin et plein de colère les cris se turent lentement. D'un mouvement enragé, la porte de la cuisine s'ouvrit à la volée et une magnifique jeune femme en sortit. Ses yeux d'un rouge naturel mêlant le carmin au vermeille exprimait une colère noire, mais cela la rendait terriblement charmante. Ses cheveux blancs immaculés suivaient le mouvement de l'air dans une danse aérienne envoutante tenus par un diadème incrustés de pierres précieuses. Dans sa tenue bien trop courte pour être décente, ses formes étaient époustouflantes, et la rage qui l'habitait brisait un peu ce charme naturel dans sa démarche tremblante. Elle s'approcha du bar et arrivée à bonne distance, elle saisit le col de Dante, et le tira vers elle. Le menton de l'éclair rouge heurta le bois. Le son du choc fut accompagné d'un gémissement étouffé.
    « DEPUIS QUAND JE SUIS TA BONNICHE?!!, hurla-t-elle à l'attention de son ex-fiancé. J'ai pas à faire ta cuisine!» L'éclair rouge soupira et lança une oeillade à Nisdilv. Il sauta le comptoir pour se mettre debout face à Kirara, qui le tenait toujours par le col.
    -On a un invité. Tu veux bien te calmer?
    -Non.
    -Tu veux bien qu'on discute plus loin?
    -En haut?
    -Non. Peut être la cuisine?
    -Non...Suis moi... »
    Elle le traîna par le col, le laissant trimer pour pouvoir la suivre. Elle poussa la porte la plus proche du comptoir, qui donnait accès à la salle de bain. L'intérieur était recouvert de carrelage mural blanc à gravures dorées. La salle de bain avait été refaite il y a peu, avec l'argent volé lors d'une mission, à un sale gosse de riche pourri gâté. Une baignoire style royal était dans le fond. Une baignoire deux places, qui faisait aussi jaccuzi. Deux lavabo en céramique blanche et aux robinets dorés étaient également à disposition, et derrière un demi muret, une cuvette de toilettes. Kirara plaqua Dante contre le mur et agita un doigt de réprimande sous son nez. « Je ne me suis pas sacrifiée pour que tu me fasse faire la cuisine, murmura-t-elle. Alors soit tu commande, ou tu démerde comme tu veux, mais je ne...
    -Écoute, j'ai juste envie de ta cuisine. Et puis Sakura t'aidera, l'interrompit Dante en lui prenant les main. il plongea son regard dans le sien, et les joues de la belle Koori rosirent. Même avec une partie de ses souvenirs en moins, elle ne pouvait toujours pas résister au charme de son amant. Elle détourna les yeux, fuyant l'éclair rouge du regard et déglutit. « Tu veux que je prépare quoi? demanda-t-elle finalement. Dante sourit, « J'avais pensé à tes sushi glacés que ta grand mère t'avait apprit à faire, avec quelques tempura de poissons, puis des ramen aux fruits de mers et grelons. Et j'aimerai que tu mange avec nous. On finira avec une bonne bouteille de ton choix. D'accord? ». Kirara hésita un instant avant de reprendre l'échange de regard. Ils étaient tous deux opposés. Elle, douce et timide, les yeux rouges, et souvent habillée de bleu, et Dante, brutal et franc, les yeux bleus, toujours habillé en rouge. Kirara acquiesça et poussa la porte de la salle de bain, encore rouge.

    Lorsque Kirara avait poussé la porte, Fye, le blondinet s'était décidé à lui aussi déguster un peu la bouteille. Malheureusement pour Nisdilv, le ninja défunt n'avait jamais supporté l'alcool, et était très vite dans un état d'ébriété prononcée. Il avait bu qu'un seul verre pourtant, et vacillait déjà dangereusement en dévoilant des informations embarrassantes sur le couple que formait Dante et Kirara.
    «Ils sont très proches et très différents tu sais. On a l'habitude des disputes...Ça se règle généralement sur l'oreiller, si l'on peut dire. Ha oui, ça on les entend! hips! De vraies...» Mais la porte s'ouvrit et l'interrompit. Dante pinça les fesses de Kirara sous sa courte tenue. Une veine apparut sur la tempe de l'ancienne Mizukage, et palpitait au rythme de ses pulsations cardiaques, et son visage rose de honte rosit en totalité, elle si blanche à l'ordinaire. Il y avait une part de colère pour ce geste déplacé, mais énormément de gêne. Elle entra en cuisine et Dante retourna derrière le bar. Il remarqua que le dernier verre qu'il s'était servit avait été vidé. Ses soupçons se confirmèrent lorsqu'il remarqua la difficulté qu'avait le blond à tenir debout. Il lui donna une légère tape dans le dos, et Fye quitta les lieux en suivant un chemin très sinueux imaginaire. Il réussit tout de même à passer la porte. Dante se servit un nouveau verre, et caressa le bord du bout des doigts. « Désolé pour l'interruption. On ne devrait pas tarder à recevoir l'entrée maintenant, ça va relativement vite. Et j'aimerai te poser une ou deux questions. » Dante se rattrapait bien, sur cet imprévu. Kirara n'était pas du genre fée du logis de son vivant. Il faut avouer qu'avoir des sujets pour ces histoires là, ça aide à gagner du temps pour se faire belle. La porte de la cuisine s'ouvrit, et Sakura apparut dans la vaste pièce avec quatre plateau. Un dans chaque main et un sur chaque avant bras. Elle s'empressa de les déposer sur la table noire entourées de différents tabourets.

    Chacun de ces plateaux avait une assiette de sushi glacés, parsemés de petits grêlons. Il y avait également une coupe de saké, et une cruche remplie jusqu'au bord de ce même breuvage. Un récipient pour sauce à sushi était également servit, et un petit bol de soupe miso aux morceaux d'algues de Kiri. Sakura sourit chaleureusement et invita les deux hommes à prendre place avec un
    « Le repas est servit. Nous allons nous joindre à vous dans quelques instants. » et elle reparti en cuisine. Dante vida son verre et partit vers la table. Avant même qu'il n'ait touché son tabouret, Sakura hurla dans la cuisine, et déboula dans la salle en courant dans tout les sens, en gigotant dans tous les sens, et les cheveux enflammés. Kirara passa la porte à son tour, d'un air serein. Elle tendit les main devant elle, et lorsque la petite adolescente enflammée passa devant elle, elle envoya un rayon glacé sur sa tête. Le résultat était plutôt cocasse. Les cheveux de la petite était dressé en l'air, coincés dans un bloc de glace, et son visage noirci était scindé par deux traits provoqués par ses larmes. L'ancienne Mizukage la prit par le col et la traîna en cuisine. L'éclair rouge pris place, et quelques secondes plus tard, les deux filles se joignirent à la tablée.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle avait faim... [PV Dante]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elle avait faim... [PV Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: .oO Flash Info pré RPG Oo. :: Demande RP :: Archives-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit