Accueil  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shikisha Nara
Grande Chef de Shoubai ~ Dominatrice Incontestée ~ Briseuse de coeurs ~ Clan Nara
avatar

Messages : 15
Points : 23
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 24

MessageSujet: Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]   Mar 4 Mai - 12:17

Cela faisait peu de temps qu’il ne s’était rien passé dans Shoubai. Mis à part quelques bagarres dans les bas quartiers, aucun mort n’avait déclaré à la grand Chef de la ville. Celle-ci trouvait vaguement le temps long… Qu’est-ce qu’ils attendaient ces bêtes servants pour mettre un peu d’action ici bas ? Elle n’allait quand même être obligée de s’occuper elle-même !

Allongée sur son lit, les mains de chaque côté de sa tête, elle fixait le plafond d’un air mécontent. Le soleil pointait tout juste le bout de son nez. Il flottait dans la pièce une odeur d’encens insupportable pour quelqu’un qui n’avait pas fermé l’œil. Shikisha avait horreur d’être importunée dans son lit le matin, mais tuer une odeur… Si seulement c’était possible, cela suffirait à lui ôter sa mauvaise humeur. La jeune femme se redressa sur son séant, lentement d’abord, histoire de ne brusquer ses sens plus que ne le faisait déjà l’encens. Elle rapprocha les deux pans de son kimono aux dorures diverses, cachant ses attraits. Le tissu était froissé par les gesticulations de son partenaire étendu à ses côtés, ronflant prudemment, comme si même dans son sommeil, la crainte l’opprimait. La crainte de déplaire à la Grande Prêtresse qui ne se servait de lui que pour compléter des nuits d’ivresse aux mœurs éhontées et d’une indécence à faire pâlir les plus grands pervers de l’histoire.



« Pathétique… »



Dans le silence de l’espace, une claque retentit. L’homme se réveilla en sursaut, avec une marche rouge tout le long de la joue. Shikisha ne lui laissa pas le temps de comprendre la situation. Un regard menaçant pointer sur lui et quelques mots suffirent à le faire déguerpir :



« Fous le camp avant que je te castre pour « incompétence à satisfaire la gente féminine » ! »



Une fois seule dans sa chambre, elle récupéra quelques lettres qu’on lui avait laissées sur son bureau la veille… Assez tard pour l’interrompre pendant son activité nocturne… Qu’avait-elle fait du fauteur de trouble déjà ? Empaler ? Etrangler ? Brûler ? Foudroyer ? Elle n’en avait aucun souvenir… Dans le meilleur des cas, elle le reverrait et pourrait lui faire sa pénitence !

Sourire aux lèvres, contente d’elle, elle parcourut plusieurs lignes, jeta plusieurs feuilles derrière elle, avant de trouver une information susceptible d’attirer son attention.



« Il semble que deux samouraïs se soient fait décapités dans une ruelle ; pas de trace de défense. »



Jamais phrase aussi courte n’avait autant titillé sa curiosité. Cela étai inhabituel. Et ce qui était inhabituel ne lui plaisait pas. C’était comme si elle perdait un peu du contrôle qu’elle avait sur la ville. En imaginant que cela soit possible bien sûr ! Elle tourna la feuille, mais il n’y avait rien d’autre. Elle ouvrit la fenêtre dans un geste d’agacement et surtout dans l’idée de faire payer à quelqu’un son agacement. En lui balançant quelque chose de bien lourd sur le crâne par exemple. Mais rien de tout cela n’arriva, car en se penchant, elle aperçut le chef des samouraïs. Aaahh, comment s’appelle-t-il celui-là déjà ? Bref !



« TOI ! »



Toutes les têtes se levèrent vers elle. Shikisha n’y prêta aucune attention. D’une voix rageuse elle continua de hurler au-dessus de la rue :



« MONTE IMMEDIATEMENT, J’AI DES CHOSES A TE DIRE ! »



Il s’exécuta bien sûr sur le champ. Restant encore un peu à la fenêtre, elle eut un petit rire de contentement. Ah, la soumission ! Tout ce qu’il fallait pour égayer sa journée ! On frappa à la porte. Ne bougeant pas, elle donna encore de la voix et le chef-samouraïs entra, un air de peur mal dissimulé peint sur son visage. Elle s’avança vers lui d’un pas rapide et lui colla la lettre sous le nez.



« Qu’est-ce que c’est que ça ?! »



Leur échange fut de courte de durée, et l’homme eut de la chance de sortir de la pièce avec sa tête sur les épaules. Shikisha, furieuse, rasa la surface de son bureau d’un grand coup de bras. Tout ce qui était posé dessus tomba dans un bruit sourd. Elle avait brisé un vase qui valait une petite fortune, ainsi qu’un encrier, mais cela lui importait peu. Elle appela quelques femmes qui lui apportèrent un kimono propre et simple à sa demande. Elle ne souhaitait pas se faire remarquer. Le visage des femmes avaient tous l’air surpris auxquels Shikisha était habituée, dés qu’elle annonçait une sortie. Sans un mot, elle arracha des mains d’une des bonnes le vêtement qui se trouvait être légèrement mauve et l’enfila rapidement. Elle ne prit rien d’autre, sûre d’elle.



« Allez me chercher un manteau ou une cape que sais-je ! Je sors tout de suite ! »



Elle descendit les étages et se retrouva devant la grande porte de ce qui fut un temple. Les trois ne l’avait en rien essoufflé ; en revanche, la petite fille qui lui apporte une cape eut du mal à reprendre sa respiration. Shikisha saisit l’étoffe pourpre sans un mot et sortit dehors.

~°~


D’après le chef-samouraïs, c’était ici qu’on avait retrouvé les deux corps sans tête. Shikisha jeta un regard agacé autour d’elle. Mis à part des traces de sang le long des murs et au sol, il n’y avait rien qui puisse donner l’impression d’une quelconque bagarre. Alors, ces abrutis s’était fait décapités sans rien dire ? Si les corps n’avaient pas été emmenés, elle aurait pu vérifier quelques petits détails sur la nature de l’attaque, un effet de surprise quelconque... Elle se promit intérieurement de faire empaler les incompétents qui s’étaient occupés de l’affaire.

Pourquoi s’en mêlait-elle donc ? Au fond d’elle, elle sentait que ce n’était pas anodin. Ces deux meurtres n’étaient pas l’œuvre du premier ninja qui passait. Etait-ce dans le but de l’atteindre elle ? Ou bien, un simple amusement ? Il y avait des tarés dans la vie, c’était bien possible. Elle se remit en marche, s’enfonçant dans les bas quartiers. Son pas résonnait dans les bouches infâmes de la misère de Shoubai. Plus le temps passait et plus elle se calmait. Son agacement fit place à une profonde réflexion sur ce double meurtre. Tuer deux samouraïs n’étaient pas si simple, on n’avait pas à faire à un petit Gennin des campagnes.



« Si je tiens la saloperies qui m’a amputées de deux serviteurs… »



Elle se tut et stoppa sa marche. Nous y voilà ! Elle n’était plus seule dans cette ruelle. Sans bouger ne serait-ce qu’une oreille, elle éleva la voix.



« Quelle vermine habite les profondeurs de Shoubai et vient m’importuner ? »



Le ton de sa voix était insolent à souhait. Elle resta immobile, elle n’était pas pressée.
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]   Dim 9 Mai - 13:06

    だんて
    Renaissance mystique

________________________________________

Épisode Trois : Trois dieux se rencontrent. Alliance ou confrontation ?


    Entre les bâtiments, les maisons, et les tours, le soleil resplendissait. Il y a encore une heure, le haut du ciel était tapissé d’étoiles brillantes, alors que l’horizon était embrasé par une multitude de couleurs flamboyantes et de différentes nuances, tel un arc en ciel sur la large bande du bout du monde. Les filets d’or avaient cheminé depuis le bout de la galaxie jusqu’à frapper de leur puissance et de leur chaleur les centaines de milliers d’édifices de bois et de béton du continent ninja. Le ballet solaire avait sonné les trois coups sur l’archipel du pays de l’eau. La température avait monté sur les eaux et champs du pays, levant un épais voile blanc, à peine translucide. Ce fut ensuite le tour du pays du feu. La forêt s’éveilla dans un orchestre de chants d’oiseaux, de bâillements sifflants et de hululements mécontents. Le cycle de la photosynthèse se mettait lentement en place, et la rosée sur l’herbe s’évaporait doucement. Le tour vint au pays du vent, qui avait passé une nuit extrêmement fraîche. Précisons que dans le même temps, le pays de la foudre se voyait lentement illuminé dans les basses altitudes. Le village des nuages par exemple, ne pouvait encore percevoir et profiter des bienfaits de l’astre blanc, puisqu’il était situé en haute altitude, dans les montagnes. Plus précisément creusé dans une montagne, pour offrir une meilleure stabilité, et éliminer les dangers potentiels. Ce village n’aura bénéfice de ses premiers rayons qu’aux alentours de neuf heures trente, peut être un peu plus. Le pays du vent se réchauffait rapidement, par la réflexion de la mélasse solaire sur les vastes étendues désertiques et sablonneuses. Les rares animaux qui peuplaient le désert, tels que serpents et scorpions sortaient des dunes. Et le pays le plus connu et le plus visité reçu sa part.

    La coulée d’or baigna la ville de Shoubai. Les néons des salles de jeu et night shop s’évanouirent, tout aussi vite que les filles qui avaient terminé leur service. Yomise, le quartier noir de la ville s’éclaira, et sembla un peu plus admirable que la nuit. Malgré l’insalubrité de la moitié des immeubles de la ville sembla s’écouler le long des murs et des caniveaux pour rejoindre le monde des ombres pour finalement ressortir chaque soir et pousser le vice à son paroxysme. Les derniers fêtards tentaient désespérément de rentrer leurs clefs dans la serrure de leur domicile. Certains essayaient vainement car ils n’étaient pas chez eux. Asaichi, la ville haute, le quartier luxueux et blanc de la ville se mariait avec la lumière pour paraitre encore plus vaniteux et resplendissant. Les touristes entraient déjà par les portes sous la surveillance étroite des samurais. Les marchandises qui devaient remplir les stocks des commerçants voyageaient dans les rues sinueuses et entremêlées de la ville dans des carrioles. Quelques fois des poulies étaient nécessaires, et plusieurs mains d’œuvre hissaient de grosses caisses en bois vers l’étage d’un restaurant très fréquenté.

    Au cœur de la ville basse, un établissement s’éveillait doucement. Dans un grincement léger de bois ancien mal entretenu et un râle matinal, plusieurs personnes quittaient les bras de Morphée sous les puissants rayons de l’astre blanc et gémissaient de devoir se lever si tôt pour des idioties. Faire le petit déjeuner que personne ne prendra la peine de déguster ou même d’entamer, faire le ménage, faire les courses pour le souper alors que le maitre des lieux allait plus que probablement se goinfrer dans un restaurant, et passer la journée à attendre un client ou une recrue. Pour ces derniers, un doute persistait au temps qu’il faudrait pour voir une nouvelle recrue. Un pari avait été lancé sur hypothèse que si un nouveau membre apparaissait après six mois de travail, il faudrait de nouveau six mois pour en voir un autre. À moins que la recrue fasse office de publicité en s’affichant royalement comme un membre de la Devil May Cry, ce qui donnerait l’envie à d’autres ninjas de rejoindre la guilde de mercenaires et ninja. Un facteur empêchait cette hypothèse d’être pour ainsi dire parfaite. Le dernier membre inscrit était une sorte d’armure vivante, ou d’homme en armure vous glaçant les sangs d’un simple regard. Et pour ce qui est des shinobi de type sensitif, ils sauraient rapidement que sa puissance égalait celle des tout-puissants Kage. Dans une bonne comparaison culinaire, il serait une sorte de steak d’une bonne dizaine de kilo, un peu trop cuit sur le dessus pour dire qu’il est bien coriace. Pas sanguinolent, mais plutôt sanguinaire. Et pour parler un peu de son humour, un peu de sauce piquante et de poivre. Bien évidemment, le seul couteau qui pourrait le réduire un morceau avec un bon quart d’heure d’effort serait sa propre épée qui flotte dans son dos.
    Nombreux étaient les imbéciles qui parlaient de l’ancien Raikage, Dante, comme d’une personne extravagante, provocante et fascinante. Aucun d’eux ne devait avoir rencontré Nisdilv, cet homme tuant les samurais de la cité commerciale sans efforts ni remords.

    Pour revenir à l’établissement qui s’animait doucement, il n’avait pas encore d’enseigne. Les tubes néons travaillés coûtaient chers, surtout dans la mégalopole. Même équiper la cuisine était revenu moins cher. Plusieurs plans pour ces tubes néons hissant les couleurs de la guilde étaient éparpillés un peu partout. Différents style, différentes écritures avaient été griffonnées et inlassablement rayées. Quelques esquisses avaient été conservées en vue d’une commande potentielle. Le dessinateur s’était mit en tête de demander l’avis de ses compagnons et de ses sous-fifres pour avoir un avis commun sur la meilleure enseigne. C’est donc sous une ouverture de papier froissé et de cartons de pizza que Dante s’éveilla. La journée allait être particulièrement rude. Suite aux évènements de la veille, il devait convaincre sa nouvelle recrue de supporter un sceau de silence, récupérer les victimes de cette même recrue, et effacer toutes traces de sa venue sur les lieux du crime. En aucuns cas, il ne désirait se faire traquer par les samurais, avoir recours à la fuite, ne jamais dormir sous un même toit deux nuits de suite, ou se faire décapiter ou pendre sur la place publique sous l’ordre impitoyable et irrévocable de la supposée chef de Shoubai. Cette même supposée chef que Dante s’évertuait à découvrir l’identité depuis une bonne quinzaine d’années. Sans succès. Malgré toutes les demandes de rencontre, la dominatrice incontestée s’était toujours tenue à de vagues courriers à l’attention « du représentant économique du village des nuages ». Les raisons qui poussaient le nukenin à chercher inexorablement, à découvrir l’identité du chef étaient floues pour tout son entourage.
    Tiré du lit, il s’étira une bonne minute, bailla bruyamment, et se prépara. Il enfila son long manteau rouge, y rengaina ses pistolets, rangea son katana à sa taille, retroussa ses manches et enfila ses brassards, et embarqua ses sacoches ninja. La journée risquait de devenir dangereuse. Il ouvrit la porte et descendit les escaliers. La seule volée de marche présente dans la guilde, celle que personne à part lui ne pouvait franchir, sauf autorisation directe. Et ça n’est pas donné parait-il. Personne n’était encore présent dans le grand salon, ce qui ne put déplaire à Dante. Il s’empressa de sortir, et ferma la porte doucement.

    Les rues étaient encore calmes ce matin. Et c’était tant mieux. Au vu des actes qui allaient être perpétrés d’ici une demi-dizaine de minutes, il ne vaudrait mieux pas que quelques samurais ou ninja au grand cœur se décide à pointer le bout de son nez et interférer avec les agissements du nukenin. D’autant plus que s’il se faisait voir, il risquait de se faire capturer et envoyer dans le village le plus offrant. Qu’un ninja était attiré par l’argent ou non à l’ordinaire, personne ne résistait à l’appât du gain. Surtout s’il l’on capturait le grand Dante, l’ancien Raikage qui avait déclenché les hostilités entre les villages, celui qui avait indirectement envoyé la Mizukage dans la tombe, et qui avait lâchement abandonné son village, l’un des plus puissants Kage dont toutes les capacités n’ont jamais été dévoilée au grand jour. Cet homme traversa l’allée de sa guilde, s’arrêta au bout et regarda à droite et à gauche, puis disparu dans un flash lumineux aux nuances écarlates. Le flash se reproduisit à quelques centaines de mètres de là, dans les airs, à la hauteur d’un quatrième étage. Le chat démoniaque chuta, et atterrit au sol avec un bruit plutôt discret. Il fit quelques pas rapides en direction d’un mur d’une pincée de mètres de haut, et passa au dessus. Il était à présent sur les lieux du crime de Nisdilv.
    Quelque chose avait changé dans cet endroit. Il y avait le sang, les ordures, les restes du magazine dévoré par les rats…mais pas de cadavre. Pas de tête, pas de corps. Probablement même pas un cheveu. Les cadavres avaient été enlevés par quelqu’un. Ce que Dante espérait, c’est qu’il ne s’agissait pas des samurais sinon il allait vraiment avoir de sacrées emmerdes. Avant même qu’il ne puisse faire le tri dans ses pensées, des pas retentirent dans la ruelle, l’obligeant ainsi à se dissimuler. L’ennui, c’est que même s’il se cachait, n’importe quel ninja ayant des aptitudes à ressentir un tant soit peu de chakra pouvait savoir qu’il était planqué pas loin. Le souci principal d’avoir un trop plein de chakra, et beaucoup trop puissant. Peu importait désormais, Dante sauta vers le toit d’une sorte de petite cabane, et dissimula dans l’ombre des deux bâtiments plus grand qui l’entouraient. Il patienta donc un peu avant de savoir qui se dirigeait vers le lieu du carnage. Une femme arriva. Une jolie femme, habillée d’étoffes pourpres, laissant peu de place à l’imagination. Elle était à présent au milieu du carnage. Elle sembla murmurer quelque chose, mais Dante ne put comprendre ce qu’elle dit. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle remarqua sa présence.


    « Quelle vermine habite les profondeurs de Shoubai et vient m’importuner ? »

    Un ton bien insolent pour une si jolie femme. C’était bien étrange qu’une femme de son calibre jouissait d’une telle fierté, et d’aucune crainte dans ce quartier malfamé de la ville. Elle devait la connaître, ou même vivre dans ce quartier. Dante souhaitait avant tout la faire fuir. Il pensait qu’il ne s’agissait que d’une simple résidente de la ville, malgré son élocution pour le moins étrange. Il sortit Ebony de son étui, lentement et sans un bruit. Il sortit de sa cachette d’un pas lent et désinvolte en pointant son canon vers la jeune femme.

    « Tu ferais mieux de partir…tu ne fais pas partie du spectacle… »

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Shikisha Nara
Grande Chef de Shoubai ~ Dominatrice Incontestée ~ Briseuse de coeurs ~ Clan Nara
avatar

Messages : 15
Points : 23
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]   Dim 14 Nov - 21:28

Shikisha s’attendait peut-être à ce que l’intrus déguerpisse…Ou peut-être pas. En réalité, en le voyant sortir de l’obscurité, elle ne futni surprise, ni contente, ni en colère. En fait, elle était plus intéressée parl’arme qu’il pointait sur elle. Non pas qu’elle en soit effrayée, elle avaitenvie de pousser un grand éclat de rire. Elle pourrait lui dire à quel point ilétait ridicule avec son stupide bout d’acier, comme il regretterait d’appuyersur la détente, comme il était insignifiant à côté d’elle. Mais elle secontenta de lever les yeux vers le visage de cet étranger. Elle ne dirait riende tout cela, parce qu’elle savait que ce n’était que pure plaisanterie. Ce mecpouvait la tuer, elle le sentait au plus profond de ses entrailles, quipourtant en avaient vu des vertes et des pas mûres. Ce n’était pas la peur quil’empêchait de défier ce personnage, pour le moins mystérieux et pas si hostileque ça, mais plutôt l’intérêt. S’il s’avérait qu’il était aussi puissant queson niveau de chakra le laissait penser, alors elle gagnerait à ne pas sefrotter à lui : ça lui épargnerait la fatigue et peut-être la mort.
Elle avait trop de choses à faire avec Shoubai pour selaisser avoir dans une petite ruelle, à cause de deux pauvres truffionsdécapités. Mais il était hors de question qu’elle s’écrase pour autant. Ellelança sa tête vers l’arrière, libérant son visage des quelques mèches decheveux qui l’encombraient et posa de nouveau un regard inflexible sur l’homme.


« C’est toi qui as fait ça ? »


Ce n’était même pas une question en soi. Elle montrait lestraînées de sang. Pour elle, il était évident que ce bête tireur depomme-posée-sur-la-tête-d’une-strip-teaseuse (notez l’imagination) avaitquelque chose à voir avec le double meurtre. Sinon, pourquoi venir ici etmenacer quelqu’un qui s’y trouverait en toute tranquillité. Et déranger latranquillité de la Grande Prêtresse de Shoubai n’était pas une bonne idée. Elleaurait finalement dû faire empaler son amant de la nuit dernière, ça l’auraitrendue plus aimable.


« Si non, c’est toi qui ne fait pas partie duspectacle. De plus, quand tu t’adresses à moi, c’est « vous » aupire, tu peux aussi dire « Son Excellence », ça me plait assez. »


La jeune femme accorda un sourire à son « potentiel-futur-adversaire ».Un sourire empreint d’estime de soi, de sadisme et plein d’autres émotionsindescriptible de l’extérieur, mais qui à l’intérieur donnait à peu de choseprès : « J’ai envie de me faire le capitaine des samurais ce soir »,« je vais faire ramper les bonnes en rentrant », « mais avant,il faut que j’encastre cet enfoiré ici présent dans le mur après lui avoir faitbouffer son canon ». Mais ce qui sortit de sa bouche fut bien différent :


« Ecoute, c’est bien gentil cette ruelle, maismaintenant qu’on y est, faudra m’expliquer pourquoi tu m’as piqué deux serviteurset comment t’as fait pour les avoir ! Ensuite, tu vires ce canon, avantque je t’en fasse une chicha. J’ajoute que personne ne me reluque alors rangetes yeux et va sauter le premier clodo que tu trouveras si je t’ai pas castréavant, pour avoir gâché ma journée. A part ça, ravie de faire votreconnaissance, vous m’avez l’air perdu, puis-je vous indiquer le chemin de lapotence la plus proche ? »


Elle se tut et tourna les talons pour repartir. Elle avaitbien l’intention d’aller se recoucher et de faire venir des bouteilles de sakepour tenir jusqu’au soir. Elle avait oublié cette sensation de mort qui l’avaitfrappée quand elle avait vu l’homme, ça ne l’intéressait plus. Il pouvait bienlui tirer dans le dos si ça le chantait, il n’en tirerait rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Admin || Déserteur de rang S ** Nibi no Jinchuuriki ** Chef de la Devil May Cry
avatar

Messages : 819
Points : 937
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 27
Localisation : In Your A...*ZBAFF*

Fiche Shinobi
Points Missions:
517/600  (517/600)
Succès Débloqués:

MessageSujet: Re: Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]   Jeu 18 Nov - 2:11

    Quel débit...Il s'agissait bien là d'une femme, se dit Dante. Elle parlait, jasait, blablatait sans s'arrêter. Le nukenin se demanda même s'il n'allait pas devoir rengainer son arme pour éviter de trop fatiguer son bras. Il n'avait jamais le temps de répondre à quoi que ce soit. Non, ce n'était pas lui qui avait laissé ces tâches de sang sur le sol. Il s'agissait d'un ninja en armure qui a vraisemblablement disparu, alors qu'il avait prêté allégeance à la Devil May Cry. Traitrise... Ou peut être d'autres raisons. Il n'eut donc pas le temps de répondre puisque la belle s'empressa de le narguer un peu en lui retournant sa blague sur le spectacle. Elle montra un aspect déplaisant ensuite, en priant instamment l'ex Raikage de l'appeler "Son excellence". Pour qui se prenait-elle? Pour la Grande Prêtresse Sérénissime? Et le sourire qu'elle n'abandonnait pas. Dante se retrouvait dans une certaine mesure face à lui et son arrogance légendaire. Elle surenchérit avec des menaces, des réflexions agressives et une pointe d'arrogance supplémentaire. Il était absolument intolérable que le Raikage se fasse traiter de la sorte. Néanmoins, il affrontait une réalité; lui aussi était ainsi, arrogant, impétueux, imbu de lui même, dans l'unique but de faire chier le monde. Mais un passage, qu'il écouta malgré lui, le marqua plus intensivement : "Mes serviteurs". Une seule personne était assez haut placé pour parler de deux samurai comme d'esclaves : La chef en personne.

    Il s'était écoulé vingt ans depuis que Dante s'était mit en tête de découvrir ne serait-ce que l'identité du dirigeant de Shoubai. Et aujourd'hui, le hasard sembla l'aider en la lui faisant rencontrer. Il s'avoua qu'il ne l'avait pas imaginée comme cela. Il savait qu'il s'agissait d'une femme, en enquêtant un peu, mais il l'avait imaginée plus terrifiante, dans un style plus sombre, plus grande aussi, et également plus puissante. Mais tout aussi arrogante, fière et dominatrice. Cependant, il n'avait jamais songé à sa rencontre avec elle, dans quel contexte, ou alors quelques brèves fois en pensant atteindre le but. Il ne se serait jamais douté qu'il en viendrait à s'énerver face à elle. Le niveau de chakra de Dante augmenta alors considérablement. Elle lui avait manqué de respect une fois de trop en lui tournant le dos. Il savait que cela attirerait son attention rapidement. Il rengaina son pistolet et s'avança lentement vers la prétendue dirigeante de Shoubai.


    "Ne me tourne pas le dos avec tant d'arrogance...Tu es la dirigeante de la ville, pas vrai? Ça va faire vingt ans que j'te cherche. Il était temps...'Excellence'..."

    Il insista bien évidemment sur le dernier mot. Bien que cela lui arrachait les cordes vocales et lui incendiait la langue, il invoqua cette dénomination avec autant de courtoisie qu'il lui était possible. Quelqu'un qui le connaissait aurait immédiatement hurlé que cela sonnait faux, mais qu'importait, il était seul.

_______________Shin Jidai V2________________



« Je suis fière de toi. Peu importe ce que tu feras, sois toujours aussi fier de ce que tu es que je le serai. ».
~
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mon fils... » Aujourd'hui, j'ai prit la responsabilité de sauver le monde de la haine, Otou-san.
~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réunion de loups [PV Nisdilv ; Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: .oO Villages et Lieux RP Oo. :: Ville de Shoubai [Pays neutre] :: Asaichi [Bas Quartier] :: Ruelles sombres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit